​À PROPOS

DES PLANCHES AUX BOBINES, UNE HISTOIRE QUI ROULE

J’ai failli monter sur les planches. Et je me suis retrouvé derrière la caméra. La vie est surprenante. Enfin, quand je dis «les planches», je parle d’une seule, celle montée sur roulettes qui nous emmenait partout, mes potes et moi. C’est elle qui m’a donné envie de capturer l’image. Téléphone portable en main, j’ai consacré mes premières vidéos à l’univers du skate. J’avais 13 ans.

Plus tard, j’ai investi mes économies dans une vraie caméra. L’époque était encore aux cassettes. Je commence à soigner mes cadrages, à peaufiner mes montages. Notre génération grandit avec internet, et cette révolution modifie peu à peu ma façon de réaliser, de raconter mes histoires, de surprendre, de créer du rythme.

Et puis le coup du sort. Déchirure des ligaments croisés. Privé de planche pour faire mon entrée dans le 21e siècle. Qu’à cela ne tienne, je choisis de me consacrer à l’image et me forme à l’ERACOM, Ecole romande d’arts et communication. Trois ans plus tard, je roule ma bosse comme indépendant. La chance est de retour, et je travaille avec «les plus grands» de notre petit pays, Yann Lambiel, Cuche et Barbezat, les deux Vincent et leur émission 26 minutes.

Dans le même temps, je monte des projets personnels autour d’univers qui me sont chers: le skate bien sûr, mais aussi l’humour noir ou la fiction. Certains d’entre eux se font remarquer et donnent lieu à quelques échos médiatiques, notamment ma websérie «Mais Mec!».  

En 2020, après quelques mois passés à Bruxelles, où j’ai eu l’occasion de travailler intensément la post production, je suis de retour au pays. 

Aujourd’hui je choisis d’emmener des projets qui me transportent, dans lesquels je peux créer, raconter une histoire et susciter de l’émotion, et ce quel que soit le client et son secteur d’activité. Même si je confesse une certaine affection pour les mondes du sport, de la musique, et celui de la fiction. 

Et dans chaque aventure, je collabore avec des partenaires qui sont eux aussi animés par le plaisir et le respect de chaque maillon de la chaîne de réalisation.

OT_PHOTO_GUILLAUME_edited.png